Selon une étude récente publiée dans The journal of Nutrition, la consommation d’avocat permettrait de réduire la graisse viscérale !

L’avocat serait-il un alicament aussi efficace contre les graisses viscérales ? C’est du moins ce que démontre une étude publiée récemment dans The journal of Nutrition. Cette étude montre la richesse de l’avocat en fibres alimentaires et en même temps en graisse mono-intégrée qui aideraient les consommateurs dans la diminution du cholestérol. Menés sur 163 personnes adultes, les résultats recommandent une intégration de l’avocat dans notre alimentation quotidienne.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par cricridf (@cricridf107)

Qui sont les acteurs de cette étude ?

L’auteur principal de l’étude : Hannah Holscher de l’université de l’Irlande, en collaboration avec Sharon Thompson et ses collègues, de l’université de l’Illinois a mené l’étude avec 163 personnes dont l’âge est compris entre 25 et 45 ans et qui souffre tous de surpoids ou d’obésité.

En quoi a consisté l’étude !

Dans la pratique, il s’est agi pour ces spécialistes de nourrir ces personnes avec un repas par jour contenant un avocat qu’ils consomment en lieu et place du petit déjeuner, du déjeuner ou carrément du diner. Le premier groupe consommait un avocat à chaque repas pendant que le second groupe qui faisait office de témoin consommait le même repas, mais sans avocat.

Quel était l’objectif de l’étude ?

Comme toutes études scientifiques, les chercheurs ont bien défini leur objectif avant de se lancer dans l’expérience. Ainsi, il s’agit pour ces chercheurs de vérifier d’une part si les fibres et les graisses que contient l’avocat avaient une réaction positive sur le microbiote intestinal. D’autre part, de mettre en évidence les relations qui existent entre les microbes intestinaux et les résultats pour la santé, c’était l’objectif annoncé par l’auteur : Hannah Holscher.

Quel est le résultat constaté sur les personnes ?

Les chercheurs ont constaté dans le temps que le premier groupe consommait un peu plus de calories contrairement au second groupe témoin ; ce qui provoquait chez ce premier groupe une évacuation progressive de graisses.

Que conclure de ce résultat ?

Pour les chercheurs, l’évacuation progressive des graisses par les participants du premier groupe est synonyme d’une absorption de moins d’énergie du repas qu’ils consommaient traduite par une réduction des acides biliaires. Pour preuve, les selles des personnes ayant consommé d’avocat étaient riches autant en graisses qu’en acides biliaires. L’avocat élimine donc les graisses, responsables du surpoids et de l’obésité.

L’avocat alors comme solution !

L’avocat contient suffisamment de fibres pour vous aider à respecter les 28 à 34 grammes par jour qui vous sont recommandés. Vous ne devez donc plus craindre les graisses de l’avocat qui sont mono-insaturées. Pour votre cœur, elles sont d’un avantage sanitaire, contrairement aux autres graisses qui n’ont pas la même fonction pour votre cœur.

L’intégration de l’avocat dans votre alimentation vous permettra de compenser votre carence en fibres. Dans l’incapacité de décomposer les fibres intestinales, vous devez savoir qu’il y a dans votre ventre certains microbes qui le peuvent. Vous pouvez équilibrer ce système en consommant des fibres alimentaires. Nos repas ne doivent plus viser uniquement la sainteté du cœur, mais celle des intestins aussi.

Afficher Masquer le sommaire
Accueil / Lifestyle / Selon une étude récente publiée dans The journal of Nutrition, la consommation d’avocat permettrait de réduire la graisse viscérale !